• Entreprise
    • Découvrez nos solutions
    • Commerçant
    • Rejoignez notre réseau
    • Salarié
    • Utilisateurs de nos produits

Importance de la reconnaissance au travail  

 Table des matières

 

  • Qu’est-ce que la reconnaissance au travail ?
  • Pourquoi la reconnaissance au travail est-elle si importante ?
  • Les effets néfastes du manque de reconnaissance
  • Les principales formes de la reconnaissance au travail

 

Introduction

Dans un article précédent, on avait démontré que la reconnaissance est l’un des piliers de la Qualité de Vie au Travail (lien vers le 1er article livré sur la QVT)

Vu l’importance considérable de ce sujet, nous allons dédier un article complet pour traiter la reconnaissance dans ses aspects les plus divers.

Dans cet article, vous aurez les réponses à ces questions : Qu’est-ce que la reconnaissance au travail ? Pourquoi est-elle si importante ? Et quelles sont ses principales formes ?

I - Qu’est-ce que la reconnaissance au travail ?

La reconnaissance au travail est l’ensemble d’actions et d’initiatives que les l’entreprise met en place pour faire savoir à l’ensemble des équipes que leurs efforts sont reconnus et méritent d’être valorisés.

II - Pourquoi la reconnaissance au travail est-elle si importante ?

  • La reconnaissance est un besoin humain fondamental

De façon générale, la reconnaissance est un besoin humain fondamental. Son rôle dans la construction de notre identité est central.

En effet, Marlène Biotteau Psychologue du travail et ergonome affirme qu’« Entre les âges de 3 et 6 ans, les enfants développent leur conscience de soi à travers la conscience personnelle et la conscience sociale. Ce mécanisme est très particulier parce qu’il est ce par quoi nous sommes liés à l’autre, et c’est grâce à cette liaison que l’on devient unique. L’identité reste tout au long de la vie un processus dynamique, mouvant ».

  • La reconnaissance : l’un des facteurs essentiels du bien-être au travail

Dans la société moderne, la majorité des personnes s’identifie par son statut professionnel et son travail. C’est là que la reconnaissance des autres devient un enjeu central pour nourrir notre sentiment d’utilité. Il existe cependant deux niveaux de reconnaissance à considérer :

  • La reconnaissance de l’utilité sociale : cela couvre principalement la vision que l’entreprise et la société en général portent sur notre fonction/travail.
  • La reconnaissance par les pairs : On parle là d’une reconnaissance qui touche plutôt à la morale et l’éthique. Il est nécessaire d’être reconnu par ses collègues et ses managers en développant un style professionnel distingué qui nous différencie des autres et nous individualise.

  III-    L’impact de la reconnaissance sur l’engagement en entreprise

La reconnaissance est un moyen incontournable pour améliorer l’engagement des salariés dans l’entreprise et booster leur performance. Une étude menée par Bloom at Work [1] va même plus loin en affirmant qu’elle est le premier levier de bien-être au travail et ce pour 76% des collaborateurs interrogés.

  • Les effets néfastes du manque de reconnaissance

En 2016, une étude choc est publiée par la Direction de l’animation, de la recherche, des études et des statistiques (DARES) du Ministère du Travail en France. Elle révèle que le manque de reconnaissance serait à l’origine de diverses maladies professionnelles chez les collaborateurs. Une situation qu’aucun RH ne voudrait voir dans son entreprise.

Il faut à tout prix éviter ce scénario dont l’impact sur l’image de marque de l’entreprise sur le marché du travail peut être très négatif. La reconnaissance au travail doit même être incorporée dans la culture de l’entreprise.

Découvrez, dans ce qui suit, les formes les plus utilisées pour transmettre la reconnaissance au travail.

IV- Les principales formes de la reconnaissance au travail

Il existe plusieurs façons possibles pour exprimer la reconnaissance en milieu de travail.

  1. La communication

Ce sont souvent des actions informelles et spontanées et qui s’inscrivent dans le quotidien des managers : aller à la rencontre de l’employé, demander de ses nouvelles, lui envoyer une lettre ou un email pour le féliciter, l’encourager, le soutenir, etc.

  1. Les comportements

Il s’agit du témoignage de l’appréciation de la contribution de l’employé. Plusieurs actions s’insèrent dans ce cadre. Cela peut être un simple accueil avec un sourire ou bien une reconnaissance de compétences, expertises ou résultats des membres de l’équipe ou encore favoriser les mécanismes d’assistance quand ces derniers en ont besoin. Des managers peuvent même aller à impliquer leurs collaborateurs dans la discussion autour d’un nouveau projet et demander leur avis.

  1. Les symboles honorables

C’est un autre palier de reconnaissance. Il est concrétisé par la distribution de trophées, des plaques murales, certificats voire même des voyages réservés aux employés les plus méritants.

  1. La reconnaissance publique

C’est une sorte de partage de « best practice » jugées intéressantes, exceptionnelles ou innovantes.  Parmi les pratiques observées pour ce type de reconnaissance, nous mentionnons le remerciement d’un employé pour le travail exécuté devant ses pairs, la valorisation des bonnes initiatives pendant les grandes réunions de staff, diffuser une lettre de reconnaissance dans le journal interne de l’entreprise, ou encore instaurer le prix de « l’employé du mois ».

  1. Les biens, les services et les primes ponctuelles

 La reconnaissance est matérielle dans ce cas : il peut s’agir de services, d’objets, de montants forfaitaires. Cela peut inclure des cadeaux (Cartes cadeaux, montres, bijoux, etc.), billets pour des événements culturels ou sportifs ou abonnements à des centres de fitness, vacances et séjours.

  1. Offrir de meilleures conditions de travail

 Ce type de reconnaissance est formel. Il implique un ensemble d’activités structurées et planifiées. Ce type de reconnaissance vise à offrir des conditions de travail plus avantageuses pour les salariés qui ont excellé. Ces derniers peuvent se voir accorder une autorisation d’aménagements d’horaire, un accès au développement professionnel ou encore une participation à une formation, un colloque ou une conférence en relation avec leur spécialité

  1. La rémunération variable

Cela inclue respectivement les primes de motivation, les bonus au rendement, les commissions et même la participation aux bénéfices, etc.

Conclusion

Dans une ère où l’on observe une course acharnée pour recruter les meilleurs talents, assurer que la reconnaissance soit un pilier des pratiques RH et de management est désormais une nécessité.

Les RH devront faire preuve de créativité et savoir choisir les stratégies de reconnaissance qui vont le mieux avec la culture de l’entreprise et les attentes des salariés

Cependant, avec la crise sanitaire et l’essor du télétravail, la reconnaissance au travail nécessite une véritable remise en question. Les moyens de son expression et les critères d’évaluation sur lesquels elle repose doivent être adaptés à notre nouveau mode de travail afin d’assurer la satisfaction des salariés.

===============================================================================

Références

[1] Cabinet qui accompagne les entreprises de toutes tailles sur le sujet de l’épanouissement au travail

Du lundi au vendredi (hors jours fériés)
Hiver : de 8h30 à 18h00
Eté et mois de ramadan : de 8h30 à 15h00

Du lundi au vendredi (hors jours fériés)
Hiver : de 8h30 à 18h00
Eté et mois de ramadan : de 8h30 à 15h00

71 188 650

Du lundi au vendredi (hors jours fériés) Hiver de 8h30 à 18h00 Eté et mois de ramadan : de 8h30 à 15h00

71 188 600

Horaires de remboursement du lundi au vendredi (hors jours fériés) Hiver de 8h30 à 15h30 Eté et mois de ramadan : de 8h00 à 12h00

71 188 623

Du lundi au vendredi (hors jours fériés) Hiver de 8h30 à 18h00 Eté et mois de ramadan : de 8h30 à 15h00

71 188 692